Quel type d’alarme choisir quand on a un animal domestique

L’efficacité d’une installation de télésurveillance de la maison repose pour partie sur la détection de mouvements inhabituels laissant suspecter une intrusion dans le local protégé.

Quel type d’alarme choisir quand on a un animal domestique

Afin que le système d’alarme ne soit pas intempestivement déclenché au moindre passage du chat ou du chien domestiques, les concepteurs ont imaginé des détecteurs volumétriques spécifiquement insensibilisés à la présence de petits animaux.

La télésurveillance de la maison par détection des mouvements

Les éléments composant le système d’alarme sans fil communiquent entre eux via des transmissions radios. Les informations générées par les détecteurs de mouvement sont collectées et analysées par la centrale d’alarme (ou box domotique), elle-même reliée à une société de télésurveillance dont le rôle est d’intervenir en cas d’anomalie inexpliquée. Le dispositif doit donc être conçu de manière à prévenir toute activation des détecteurs par un simple déplacement du chien ou du chat de la maison.

L’emplacement de chaque détecteur de mouvement est à choisir avec soin. Les capteurs de position et d’état servent à détecter tous les mouvements à l’intérieur de la maison. Les capteurs infrarouges sont à placer dans les angles des pièces pour couvrir plusieurs directions. On comprendra aisément qu’il ne s’agit pas d’intercepter dans son rayon d’action un aquarium ou une volière aux occupants naturellement agités.

Un détecteur émet un cône de détection au champ limité. En plaçant le détecteur en hauteur, une zone non couverte au ras du sol permet le déplacement d’un animal mais pas d’un humain. Le détecteur ne doit pas être dirigé vers le bas, mais positionné parallèlement au mur. Il conviendra également d’éviter tout mobilier qui pourrait permettre à un chat de s’approcher d’un détecteur de présence.

Des détecteurs intelligents immunisés à la présence d’animaux

Un détecteur de mouvement infrarouge, dit volumétrique, est apte à différencier un humain d’un animal en analysant le poids et la taille de la présence détectée. Il peut aussi « comprendre » que l’animal se déplace plus près du sol. On parle alors d’immunité aux animaux, définie en termes de poids sur la notice d’utilisation de l’appareil. En toute logique, les poids de tous les animaux présents sont à cumuler pour la détermination de la capacité d’un détecteur. Un chien de 15 kg plus un chat de 10 kg demanderont donc une immunité de détecteur d’au moins 25 kg.

Le positionnement des détecteurs immunisés aux animaux doit être étudié avec soin lors de leur installation. Le prix de ces détecteurs de mouvement est équivalent à celui des détecteurs classiques. Enfin, appareil de technologie haut de gamme utilisé en complément de la détection infrarouge, le détecteur micro-ondes (MW) détermine grâce à la différence de température moyenne corporelle des espèces, s’il est en présence d’un humain ou d’un animal.

L’évolution des systèmes de télésurveillance a parfaitement su intégrer la présence, chez la plupart des ménages, d’animaux domestiques susceptibles de déclencher les appareils de détection, en imaginant des « détecteurs intelligents immunisés aux animaux », et en édictant des recommandations de positionnement de ces appareils.