Démarches à effectuer après un cambriolage


Avec près de 250 000 cambriolages en France chaque année, les particuliers doivent à tout prix se protéger des effractions. Si malgré toutes les précautions prises les victimes de cambriolages subissent un préjudice, quelques démarches obligatoires sont à entreprendre sans tarder.

Être vigilant et alerter les forces de l’ordre

Avec plus de 40% de bijoux volés et plus de 25% d’argent liquide, de cartes bancaires et de matériel informatique ou multimédia : les cambriolages ciblent en priorité les objets de valeur les plus répandus. Les vacances estivales, scolaires et de fin d’année, constituent 1/3 des effractions constatées et les agglomérations sont les plus touchées. Si malheureusement un locataire ou un propriétaire est victime d’un vol et d’un cambriolage, il faut immédiatement alerter les autorités. Police ou gendarmerie, toute victime doit en effet porter plainte et faire constater l’effraction ou la tentative de cambriolage le plus tôt possible.

Afin d’estimer le préjudice subi et constater le délit, il ne faut surtout pas déplacer les objets sans autorisation des forces de l’ordre. Les victimes de cambriolage sont alors amenées à décrire avec précision la nature des objets dérobés, ainsi que tous les éléments pouvant aider à appréhender le ou les suspects. Une plainte contre X est ensuite enregistrée et les victimes peuvent éventuellement signaler le vol de leurs papiers administratifs.

Prévenir son assurance et estimer le montant du préjudice

Dans un second temps il reste impératif de signaler le cambriolage à son assureur, et ce, dans les 48h maximum après le cambriolage selon l’article L.113-2-4 du Code des assurances. Une lettre recommandée avec avis de réception reste préférable, en y joignant le récépissé du dépôt de plainte du commissariat ou de la gendarmerie.

En fonction du type d’assurance à l’instar d’une assurance multirisque habitation, les vols et les cambriolages font partie des garanties incluses dans le contrat. Si ce n’est pas le cas et selon la police d’assurance, une effraction doit obligatoirement être constatée. En cas d’oubli de fermeture d’une porte, d’une entrée, d’une fenêtre ou de tout autre accès qui aurait dû être sécurisé, un assureur peut refuser l’indemnisation.

Il convient alors d’apporter la preuve de l’effraction avant d’envisager le montant du préjudice subi. Toujours en fonction de son assurance, la réparation de la porte ou du point d’entrée des cambrioleurs reste pour un locataire ou un propriétaire la priorité. Avant la mise en œuvre de la garantie contre les vols et les effractions, certaines assurances prévoient l’intervention d’un serrurier ou d’un artisan pour effectuer les réparations urgentes. Là aussi il convient d’être particulièrement vigilant et de demander l’accord du propriétaire ou de son assureur. Mobilier, objets de valeur, équipements high-tech, les particuliers sont souvent bien intentionnés de conserver toutes leurs factures et si possible les clichés de leurs biens de valeur.

Afin de prouver sa bonne foi dans le but d’estimer au plus juste le montant du préjudice subi, tous les éléments sont utiles aux assureurs. Dans la lettre envoyée à un assureur, les victimes doivent établir soigneusement la liste des objets volés et décrire les dégâts occasionnés par le cambriolage. Avant l’expertise de l’assureur, il reste en effet important d’estimer la valeur des biens subtilisés et celle des dégradations occasionnées. Tous les éléments de preuve sont alors admis : bons d’achat, factures, photographies, bons et certificats de garantie, … Dans tous les cas et dans toutes les situations, l’estimation du sinistre par un expert et la réparation du préjudice subi, dépendent des assurances et de leurs conditions. En cas d’inhabitation prolongée (plus d’un mois ou plus de trois mois dans l’année), des dispositifs de sécurité mis en place et des conditions de l’effraction, les indemnisations diffèrent largement.

Afin d’éviter les tentatives de cambriolage, la sécurisation de son domicile reste toujours la priorité. En cas d’effraction, il ne faut surtout pas perdre de temps et signaler l’intrusion aux forces de l’ordre et aux assurances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *